En tant que professionnel.le, un certain nombres d’outils que vous utilisez, et qui ont fait leurs preuves au fil du temps, ne sont pas toujours très respectueux de vos données comme de vos libertés. Et si vous décidiez de changer certaines habitudes, pour (enfin) produire & collaborer en toute liberté ?

Je pars du simple constat selon lequel la plupart des services & outils que l’on utilise dans le cadre professionnel sont propriétaires. Dans le monde de la communication par exemple, Adobe et Microsoft sont rois : combien de fois utilisez-vous Photoshop dans votre journée, quelle réunion ne se termine pas par son compte-rendu en .DOC, sans compter les slides .PPT que vous avez du réaliser pour produire vos bilans de campagnes… La plupart du temps, le choix de ces outils répond tantôt des possibilités offertes par le service informatique, tantôt d’une forme de culture professionnelle, tantôt de tenaces habitudes solidement ancrées. Le paradoxe repose sur le fait que, si vous demandez à ces professionnels s’ils se rendent bien compte que Facebook traque leurs comportements, que Microsoft contrôle leurs mises-à-jours automatiquement et sans leur consentement, ou bien que près de 90% des revenus de Google dépend de la publicité basée sur leurs données personnelles, la réaction est très souvent unanime : « c’est effrayant ! »

Et bien, sachez qu’il est assez simple, chacun.e à son échelle, de s’emparer de ces questions. Les risques sont importants, à n’utiliser que des solutions privatrices (concentration excessive, données personnelles, portes dérobées, empowerment…), et les arguments en faveur des services & outils libres sont nombreux (que vous recherchiez des solutions peu coûteuses pour vous équiper, ou que vous soyez militant.e des libertés numériques).

Il suffit bien souvent, pour commencer, de ne plus parler de services ou d’outils « alternatifs » tant ils représentent de fait la solution à privilégier pour soutenir les libertés & les droits humains.

Cet article n’a pas pour vocation de présenter un argumentaire, mais plutôt de proposer des solutions concrètes à mettre en place afin de changer nos habitudes, tout en maintenant un haut niveau de qualité professionnelle. Après l’article et l’infographie relative aux licences libres, je présente ici une liste synthétique et toute personnelle des principaux outils libres que j’utilise dans quelques-uns de mes champs d’activité. En espérant qu’elle vous sera aussi utile qu’elle m’est indispensable, dans votre quotidien professionnel comme associatif.

Cliquez sur le tableau pour l’afficher : n’hésitez pas à le télécharger (PDF, A3, 66ko), à le diffuser et à contribuer à son amélioration… ↓

Outils libres : collaborez enfin en toute liberté !

Pour aller + loin…